Les clowns envahissent le Manoir de Paris

Lorsque j’étais à la Sorbonne (Nouvelle) j’ai souvent suivi des cours dans les salles qui se trouvent rue de Paradis. Régulièrement je passais devant le Manoir de Paris qui se situe dans la même rue, au numéro 18. Durant plusieurs années ma curiosité a été attisée. Néanmoins comme je suis une grosse flippette je n’ai jamais osé franchir les portes de ce lieu.

Le Manoir de Paris spécial Clown
Pourtant samedi j’ai enfin pris mon courage à deux mains ainsi que mon amie Ju pour aller visiter ce fameux endroit. Le Manoir de Paris fête ses 5 ans et pour l’occasion des clowns bien flippants ont fait leur apparition.
Ju et moi nous partageons une dose de courage pour deux, clairement il n’y en a pas une pour rattraper l’autre. Rien que pendant que nous faisions nos dix minutes de queue nous avons hurlé gaillardement lorsqu’une petite fille zombifiée est venue nous proposer de nous refaire le nez avec deux tiges en métal. Alors que nous arrivions à la fin de l’attente, un clown est venu faire ma connaissance avec un gros hachoir et un autre objet coupant du même acabit. Finalement il décide de changer d’arme avant de revenir nous voir. Sauf qu’entretemps, comme je suis la pire amie du monde, j’avais poussé Ju devant moi avec un « Toi, va devant ! » qui a fait rigoler ceux qui nous avaient entendues.

le-manoir-de-paris
Finalement nous entrons enfin dans le vif du sujet, accompagnées de quatre autres filles qui étaient clairement plus courageuses que nous. Tandis que Ju s’accrochait à mon bras comme à une bouée de sauvetage en hurlant tout ce qu’elle pouvait je tentais d’avancer en gardant un minimum de contenance.

Le Manoir de Paris présente trois étages remplis de mises en scène effrayantes et de comédiens qui jouent beaucoup trop bien leur rôle au goût de Ju qui était au bout de sa vie (d’accord j’avoue que je n’étais pas forcément mieux).
Nous parcourons les deux premiers étages avec un niveau de chocottes hyper élevé (« chocotte », tellement années 90 comme terme !). Parfois, alors qu’aucun comédien n’était là pour nous faire peur, on flippait quand même. En fait, on tentait d’anticiper ce qui pourrait nous bondir dessus, mais du coup on se faisait peur pour rien. Alors, ensuite, on rigolait en se regardant un peu gênées en mode « on est vraiment des petits slips ! ».

Arrive le troisième étage : l’asile qui a été envahi par les clowns. On nous dit de prendre à droite et comme à gauche on entend un bruit de tronçonneuse et des gens qui crient on ne se fait pas prier. S’en suit alors les échecs de sprint les plus lamentables de l’histoire de la course : courir dans une piscine à boules pour fuir un clown qui voulait nous bouffer ce n’est pas pratique et essayer de détaler à quatre pattes dans un tunnel quand je me suis retrouvée seule avec trois clowns et une perceuse ça devait être assez minable à voir. Mais quand j’y repense ça me fait bien rire. Ju, je sais que tu vas lire cet article, alors sache que j’ai fini dans ce tunnel en me sacrifiant pour l’équipe et que je veux une sculpture à mon effigie à la gloire de mon courage.

Le Manoir de Paris spécial clown
Passé un certain stade de flip, le « je m’accroche à toi et je ne te lâche pas » du début c’est un peu transformé en « chacun pour sa peau ». A tel point que lorsque j’atteins la sortie, je me retourne vers les filles et me rends compte qu’elles ne sont que quatre. Mince ! Ju ! On se demande alors toutes où elle est lorsqu’on entend un cri de panique et un bruit de course qui vient dans notre direction. Fou rire. « Je crois qu’on l’a retrouvée ». Je récupère la miss qui était au bord de la crise cardiaque après un face à face avec un clown puis nous sortons prendre l’air pour nous remettre de nos émotions.
Pour la science, dans le métro je sors mon téléphone pour mesurer notre pouls. Hé bien même après cinq minutes de marche au calme nous explosions encore des records ! D’ailleurs nous sommes allées boire une bonne bière pour nous remettre de nos émotions.

En résumé on aura bien crié et cru qu’on allait mourir une petite dizaine de fois, mais ça nous fait des souvenirs à se remémorer qui nous font instantanément éclater de rire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *