Les clowns envahissent le Manoir de Paris

Lorsque j’étais à la Sorbonne (Nouvelle) j’ai souvent suivi des cours dans les salles qui se trouvent rue de Paradis. Régulièrement je passais devant le Manoir de Paris qui se situe dans la même rue, au numéro 18. Durant plusieurs années ma curiosité a été attisée. Néanmoins comme je suis une grosse flippette je n’ai jamais osé franchir les portes de ce lieu.

Le Manoir de Paris spécial Clown
Pourtant samedi j’ai enfin pris mon courage à deux mains ainsi que mon amie Ju pour aller visiter ce fameux endroit. Le Manoir de Paris fête ses 5 ans et pour l’occasion des clowns bien flippants ont fait leur apparition.
Ju et moi nous partageons une dose de courage pour deux, clairement il n’y en a pas une pour rattraper l’autre. Rien que pendant que nous faisions nos dix minutes de queue nous avons hurlé gaillardement lorsqu’une petite fille zombifiée est venue nous proposer de nous refaire le nez avec deux tiges en métal. Alors que nous arrivions à la fin de l’attente, un clown est venu faire ma connaissance avec un gros hachoir et un autre objet coupant du même acabit. Finalement il décide de changer d’arme avant de revenir nous voir. Sauf qu’entretemps, comme je suis la pire amie du monde, j’avais poussé Ju devant moi avec un « Toi, va devant ! » qui a fait rigoler ceux qui nous avaient entendues.

le-manoir-de-paris
Finalement nous entrons enfin dans le vif du sujet, accompagnées de quatre autres filles qui étaient clairement plus courageuses que nous. Tandis que Ju s’accrochait à mon bras comme à une bouée de sauvetage en hurlant tout ce qu’elle pouvait je tentais d’avancer en gardant un minimum de contenance.

Le Manoir de Paris présente trois étages remplis de mises en scène effrayantes et de comédiens qui jouent beaucoup trop bien leur rôle au goût de Ju qui était au bout de sa vie (d’accord j’avoue que je n’étais pas forcément mieux).
Nous parcourons les deux premiers étages avec un niveau de chocottes hyper élevé (« chocotte », tellement années 90 comme terme !). Parfois, alors qu’aucun comédien n’était là pour nous faire peur, on flippait quand même. En fait, on tentait d’anticiper ce qui pourrait nous bondir dessus, mais du coup on se faisait peur pour rien. Alors, ensuite, on rigolait en se regardant un peu gênées en mode « on est vraiment des petits slips ! ».

Arrive le troisième étage : l’asile qui a été envahi par les clowns. On nous dit de prendre à droite et comme à gauche on entend un bruit de tronçonneuse et des gens qui crient on ne se fait pas prier. S’en suit alors les échecs de sprint les plus lamentables de l’histoire de la course : courir dans une piscine à boules pour fuir un clown qui voulait nous bouffer ce n’est pas pratique et essayer de détaler à quatre pattes dans un tunnel quand je me suis retrouvée seule avec trois clowns et une perceuse ça devait être assez minable à voir. Mais quand j’y repense ça me fait bien rire. Ju, je sais que tu vas lire cet article, alors sache que j’ai fini dans ce tunnel en me sacrifiant pour l’équipe et que je veux une sculpture à mon effigie à la gloire de mon courage.

Le Manoir de Paris spécial clown
Passé un certain stade de flip, le « je m’accroche à toi et je ne te lâche pas » du début c’est un peu transformé en « chacun pour sa peau ». A tel point que lorsque j’atteins la sortie, je me retourne vers les filles et me rends compte qu’elles ne sont que quatre. Mince ! Ju ! On se demande alors toutes où elle est lorsqu’on entend un cri de panique et un bruit de course qui vient dans notre direction. Fou rire. « Je crois qu’on l’a retrouvée ». Je récupère la miss qui était au bord de la crise cardiaque après un face à face avec un clown puis nous sortons prendre l’air pour nous remettre de nos émotions.
Pour la science, dans le métro je sors mon téléphone pour mesurer notre pouls. Hé bien même après cinq minutes de marche au calme nous explosions encore des records ! D’ailleurs nous sommes allées boire une bonne bière pour nous remettre de nos émotions.

En résumé on aura bien crié et cru qu’on allait mourir une petite dizaine de fois, mais ça nous fait des souvenirs à se remémorer qui nous font instantanément éclater de rire !

La plus grande carte Pokémon en mosaïque !

Pour fêter ses 20 ansPokémon a encore une fois battu des records avec cette fois la plus grande mosaïque de cartes à collectionner du monde ! On doit cette œuvre à Quentin Devine, un artiste britannique, qui a créé avec la participation de The Pokémon Company International une carte à jouer Pikachu géante. En effet, elle est composée de 12 987 cartes individuelles ! C’est un travail qui a demandé beaucoup de patience… et de passion.

pokémon carte mosaique

Il faut noter que Quentin Devine n’en est pas à son coup d’essai : il a déjà réalisé une mosaïque de Mona Lisa à partir d’autoportraits de fans ainsi qu’une représentation de la Reine Elisabeth II avec des pièces de monnaie. Néanmoins, la mosaïque Pokémon est à ce jour son plus grand ouvrage.

Avec Guillaume Ghrenassia nous avons eu la chance d’être invités à la présentation de cette carte Pikachu de 70m² à l’Espace Commines dans le 3ème arrondissement de Paris. Lorsque nous sommes arrivés c’était la surprise totale. Je ne sais pas à quoi je m’attendais mais de toute évidence pas à ça. La première pensée qui m’a traversé l’esprit a été « quelle patience ! ». Après avoir pu examiner de près cette carte de 7 m sur 10 m j’ai grimpé des escaliers qui menaient à un balcon pour avoir une vue de haut. La magie opère et la mosaïque prend tout son sens. Je mentirai en niant avoir laissé échapper un « Pikachuuuu » digne d’une fan girl. D’ailleurs en parlant de ce Pokémon mythique il était lui aussi présent en mascotte à l’événement et se dandinait d’une manière tellement mignonne.

pokémon carte géante pikachu

A l’occasion de cette présentation nous avons pu rencontrer l’artiste ainsi que Yuji Kitano, producteur exécutif de la branche trading card game Pokémon de la société Creatures, et Atsushi Nagashima, à la direction du jeu de carte Pokémon. Nous en avons profité pour en apprendre un peu plus sur le processus de création des cartes. C’est ainsi que nous avons découvert que l’équipe commençait par jouer au nouveau jeu vidéo puis se mettait à la création des cartes grâce à ce qu’ils avaient appris avec leur expérience gaming. Il s’agit donc de choisir les Pokémon qui auront leur carte, trouver les illustrations (une équipe de 62 illustrateurs travaillent dessus !), faire les équilibrages des attaques pour voir ce qui fonctionne ou pas. Chaque étape doit être validée plusieurs fois, il y a donc un long processus avant que les cartes se retrouvent en magasin.

record carte pokemon pikachu

De gauche à droite : Yuji Kitano, Quentin Devine, Atsushi Nagashima et un Pikachu géant trop mignon

Lorsqu’on est face à Yuji Kitano et Atsushi Nagashima il y a forcément des questions que l’on rêve de poser, comme par exemple : « Quel est votre Pokémon préféré ? »

Pour Monsieur Kitano il s’agit de Mackogneur parce que, je cite : « il peut taper mille coups de poing en deux secondes, c’est super ! » et pour Monsieur Nagashima il s’agit de Magnéti car il le trouve fascinant : « on ne sait pas si c’est une créature vivante ou une machine et normalement les Pokémon changent de forme quand ils évoluent alors que lui tout d’abord il y en a un et d’un seul coup il y en a 3, c’est vraiment bizarre « 

Pour ma part, c’est sûrement parce que je suis une fille mais j’ai une préférence pour les Pokémon terriblement mignons comme Feunnec ou Evoli.

L’autre question que nous rêvions de leur poser était la fameuse « Alors, Bulbizarre, Salamèche ou Carapuce ? »

J’étais ravie d’apprendre que tout comme moi Yuji Kitano est team Salamèche ! Pour Atsushi Nagashima en revanche c’est Bulbizarre depuis toujours !

Nous avons passé un très bon moment et pour finir je tiens à dire que si Pikachu cherche un appart je l’adopte ! Promis, pas de pokéball non plus avec moi.

L’épopée Geek’s Live 2015

Hier se déroulait la 8ème édition de la Geek’s Live au Carreau du Temple à Paris organisée par le Journal du Geek et j’ai eu la chance d’y passer la journée. C’était un savant mélange entre l’high-tech et le web. Dans la partie salon on a pu retrouver des grands acteurs de la technologie tel que Samsung, Harman, Philips, Intel, HTC, Acer, Archos, LG, Asus, Alcatel,Huawei ou encore Honor. Quant à l’auditorium il a été animé par ceux qu’on pourrait appeler les têtes d’affiches de la web vidéo puisqu’on a retrouvé entre autre Golden Moustache, French Nerd ou encore Kévin Razy du Studio Bagel. C’était ma première fois à la Geek’s Live et tout ce que je peux dire en sortant c’est « Vivement l’année prochaine ! ».

geek's live 2015

Je suis arrivée vers 11h et jusqu’à 14h30 j’en ai profité pour faire le tour des stands, découvrir les nouveautés en matière de technologie. Concrètement je veux la télé 3D de LG. Déjà parce que l’image est juste folle et que la 3D sort réellement de l’écran et en plus parce que les lunettes me donnent un air de hipster. Chez Samsung ils ont décidé de tout incurver, que ce soit télévision ou téléphone. Le smartphone incurvé apporte un menu rapide en plus, mais c’est surtout pour l’esthétisme.

J’ai également pu regarder les prouesses de la Sport Saber League, la première académie de combat au sabre laser de France, que j’avais déjà rencontré aux Rendez-Vous de l’Imaginaire tout comme Thibault Villanova, auteur de Gastronogeek qui était présent en dédicace.

A partir de 14h30, je me suis installée dans l’auditorium pour assister à la conférence Studio 4. C’est là que mon cerveau a fondu. Pour commencer nous avons eu la projection de l’épisode 8 de Gaming Heroes. Je pourrais essayer de vous décrire ce qu’est Gaming Heroes mais je pense que ça ira plus vite si je vous link le premier épisode.

Gros fous rires, c’était vraiment WTF. Les créateurs The Fantastiques étaient là pour répondre à nos questions. Ensuite est venu le tour du premier épisode de Pffuit Pffuit Pffuit. Là j’ai senti clairement mon cerveau s’enfuit par mes oreilles. On suit un héron du Zoo Discount de la route de Chanzy qui se fait licencier. Il faut préciser que le héron en question est en fait en deux parties, la tête et le corps. Si si c’est concept. Et une grosse paire de c… Bref. C’est une web-série qui se veut engagée écologiquement, c’est donc sur France 4 que ça se passe et il y aura 26 épisodes de 6min15. Suite à la projection, les créateurs Flopi et Quention sont venus répondre à nos questions qui étaient du coup nombreuses « Pourquoi un héron en deux parties » « Pourquoi une énorme bite » etc.

Enfin Davy Mourier nous a présenté le teaser de sa nouvelle web-série Reboot. Le pitch ? Un type débarque et annonce à Oscar Sauvage que c’est un robot ! C’est une collaboration entre Davy Mourier et Lewis Trondheim qui comptera 6 épisodes de 10 minutes. D’ailleurs, ces deux joyeux lurons ont également coécrit une BD qui sortira en 2017. En parlant de BD, Davy Mourier était en dédicace juste après avec le tome 3 de la Petite Mort.

petite-mort-davy-mourier

A 15h30 c’était au tour du Golden Moustache d’investir l’auditorium. Nous avons eu une projection de plusieurs sketchs, dont le fameux avec Nicolas Hulot et également la projection de Pop Post-It, une vidéo qui est sorti hier à 18h.

Durant les questions réponses la bonne humeur était au rendez-vous, on en a appris davantage sur les comédiens comme leur galère dans des petits boulots avant d’intégrer le Golden Moustache.

Après ça j’ai assisté à la projection du film Labyrinthe : la Terre brulée, donc le deuxième volet de la saga. Alors en fait c’est un film de zombie, clairement. Les pauvres jeunes prennent trop cher du début à la fin, ils passent leur temps à être dans la merde et chaque fois que tu penses qu’ils vont avoir un petit peu de répit une autre embrouille arrive. Au moins, contrairement au premier film, il n’y a pas de longueur ! Enfin j’ai bien aimé.

Au bout de 4h dans l’auditorium je suis ressortie voir ce que devenait le monde extérieur. J’ai fait un magnifique dessin pour un concours sur le stand Honor. Donc voilà d’après moi le téléphone du futur :

concours honor geek's live 2015

Je suis une véritable artiste, il n’y a pas à dire ! J’ai également testé la réalité augmentée sur le stand Coyote, où je me suis retrouvée dans la voiture du pilote Anthony Beltoise, il parait que j’ai passé mon temps à tourner sur moi-même. Mais comme c’était la première fois que je testais un tel appareil le principe du 360° m’a juste fasciné. En plus ça me donne un petit côté Cyclope des X-men.

coyote geek's live 2015

Après toutes ses émotions, nous sommes allés partager une petite coupe de champagne avec les copains du Café du Geek mais également avec l’équipe French Nerd qui sont toujours aussi sympas.

french nerd geek's live 2015

Merci à Léo du Café de Geek pour la photo.

Ensuite retour à l’auditorium pour French Nerd justement. François Descraques nous a présenté son nouveau bébé : Rock Macabre. Le teasing donnait vraiment envie, du coup je suis très impatiente.

Kévin Razy du Studio Bagel clôturait cette journée de conférences mais je n’ai pas pu être présente donc je ne peux pas vous raconter ce qui s’y est dit !

Fin du salon à 22h, je suis rentrée chez moi heureuse et épuisée. J’ai offert mon panda goodies d’Alcatel à ma coloc qui  l’a tout de suite adopé !